Pages

samedi 10 décembre 2016

BANG OU BOUM ?





   Bang, c’est l’onomatopée préférée de la BD et le nom de rencontres qui lui sont dédiées. 




C’est le bruit de l’explosion, du coup de pistolet. C’est aussi un mot anglais ainsi défini au sens 5 dans le Robert et Collins :

taboo, slang an act of sexual intercourse, to inject heroin



Le Littré atteste aussi:
bang
(bangh'), BANGHE ou BANGUE (ban-gh') s. m.
    Noms donnés dans l'Inde à notre chanvre cultivé, dont on tire le haschschich

Le Big Bang c’est le début de l’univers. Selon le fameux éminent et respecté  physicien Etienne Klein

Bang-Bang est une chanson de Nancy Sinatra



reprise par Sheila et d’autres midinettes (la chose amusante étant que la version française au sirop est incapable de voir les allusions sexuelles de la chanson de la fille du célèbre crooner-maffioso, qui deviennent  explicites dans les versions récentes)

En français on préfère « Boum » : Trenet « quand votre cœur fait boum »




« çà boume ? » , la « boum » ( film débile) et « Les pieds nickelés font boum » 




 Malgré cet amour qui fait "boum" de Vian et Magali Noël, en français, "boum" n'a pas la connotation sexuelle qui rend l'expression anglaise si explosive. Personne n'emploie " boumer" au sens de "baiser", même  si une boum est supposée y conduire, et l'amour qui fait boum est certainement une transposition vianesque de to bang en anglais, mais si vous voulez  exprimer votre désir sexuel vous n'allez pas  dire : "Tu veux boumer?" . En revanche un amant ou une amante peut bien dire "Mon coeur fait boum".*
  
Je préfère donc, par puritanisme, trenetophilie et tintinophilie, définitivement boum

*  ADDENDUM ET RETRACTATIO

un lecteur fidèle et perspicace a réfuté quasiment tout ce billet en me mentionnant Maurice
Chevalier, "Prosper yop la boum" , qui donne à "boum" exactement le sens de "bang". J'aurais pu aussi mentionner Dutronc : "Crac boum hue". C'est très intéressant. Car selon le Dictionnaire des Intraduisibles, de Madame Cassin, les concepts  exprimés dans telle ou telle langue sont fondamentalement intraduisibles. Le sexual intercourse, même si ce n'es pas un concept philosophique profond, n'est nullement intraduisible de l'anglais au français. J'en conclus que son sens de "to bang"  est proche de "boum" même si à ma connaissance "boumer" n'est pas le bon équivalent. Nous retrouvons Davidson : les langues sont essentiellement traduisibles, contra Cassinam.