Pages

vendredi 8 juillet 2016

Bibi Fricotin métaphysicien

                                                           Bibi n'a pas peur du réel


        La Société pour la métaphysique des sciences - qu'on croyait plus sérieuse - annonce, au sein de son grand colloque de 2016 , en septembre 2016, dont on apprend qu'il va se tenir à Genève, une communication sur " What laws ? Which physical past? Meillassoux realism of physical laws and its physical consequences"par Michael Ardoline (Lebanon Valley College, USA) dont le résumé est le suivant :



"The work of Meillassoux set out in After Finitude is often critiqued for its inability to escape the problem it diagnoses, that of correlationism. However, this critique falls flat as Meillassoux has not attempted to dismantle correlationism, but to inoculate it against idealism by radicalizing the correlate so as to develop a speculative materialism as well as a justification for contemporary science. This inoculation is the first step of Meillasoux's attempt to restore "the great outdoors" to philosophy. With the proper goals of his work in mind, I will show that the ontological conclusion of Meillassoux's argument, the state of hyper-chaos, is unable to support his criteria for a legitimate grounding of science. To do this, I must first show that Meillassoux is committed to a realism of physical laws. I will then argue that the implications of this principle, in the form of hyper-chaos, coupled with Meillassoux's realism about physical laws actually prevents him from being able to meet his stated criteria of success against the aporia of the arche-fossil; not the lack of a correlation, but that the theory have the possibility of interpreting diachronic statements of science literally. This will be done by asking after all the possible interpretations of the effect of a hyper-chaotic on physical laws. These interpretations will be shown to either conflict with Meillassoux's requirement for literal statements about the past, or to be untenable as an explanation of contemporary scientific practice. The implicit support of realism about physical laws will be shown to be a barrier to the great outdoors. Ultimately, I will argue that in order to remain consistent and not propose a new form of scientific practice, Meillassoux must reform his arguments without the crutch of a realism of physical laws."


     Le sérieux, la qualité et le professionnalisme de la SMS ne peuvent être mis en cause. Mais le fait qu'une telle société, qui se veut , à l'instar d'une autre société, cambridgienne, un lieu de "métaphysique sérieuse" , ait pu laisser passer un tel article dans ses communications sans que le comité se sélection et les organisateurs y voient malice, laisse penser qu'il pourrait s'agir d'un autre de ces canulars qui défraient la chronique. La malicieuse Benedetta Tripodi aurait-elle encore frappé en vue de ridiculiser les métaphysiciens des sciences? ( voir ici même "La capitaine et les garnements") Va-t-on commenter son nouvel exploit à la manière dont on l'a fait lorsque cette Némésis  du badivisme métaphysique a frappé il y a deux mois ?

       La métaphysique analytique se retrouve dans le même sac que les Badiou Studies, et l'on découvre que les philosophes analytiques, qui se veulent impitoyables dans leurs procédures de sélection des articles dans leur revue, attentifs à ne laisser passer aucun paralogisme, aucun argument flou, et qui prétendent écrire et penser clairement et argumentativement , acceptent sans sourciller dans leurs colloques les fumisteries de la " métaphysique" post-badivine. L'auteur de la communication, mais donc aussi ceux qui l'ont accueillie dans ce colloque, n'ont pas l'air de trouver à redire au fait qu'il y soit question du soi-disant "corrélationisme" ou de l'"hyper-chaos", et l'on fait comme si ces soi-disant thèses de Meillassoux méritaient discussion autant que la théorie du Ground de Kit Fine, ou la théorie des multi-univers de Everett.  Ceci devrait apporter de l'eau au moulin de ceux qui voient dans sa revendication de l'argument un "épouvantail", et qui soutiennent que la scholastique analytique ne vaut pas mieux que les badiou Studies  et les contenus qu'elles véhiculent; et on est, dans ce cas, tenté de leur donner raison.

Asinus asinum fricote ? 


                                                  Bibi et le jet contingentiste de Genève 




PS c'est par pure coïncidence que la conférence plénière de la SMS est donnée par Helen Beebee.