Pages

samedi 30 janvier 2016

Engrossée ou gettierisée ?


        Dans un article célèbre, Steven Stich et ses associés ( Weinberg, Nichols et Stich “Normativity and Epistemic Intuitions” , 2001) ont entendu montrer qu'il y a de larges différences, voire des oppositions franches, dans la manière dont on comprend les mots "savoir" et "connaître" quand on est asiatique et  quand on est européen. Aux  cas Gettier ( voir Gettier 1963, traduction in Dutant & Engel dir., Philosophie de la connaissance)  la vaste majorité des sujets européens répondent qu'un sujet Gettierisé ne sait pas la proposition en question, alors qu'une majorité conséquente de sujets asiatiques répondent qu'il le sait. Cela semble indiquer que les asiatiques, à la différence des européens et occidentaux, ne sont pas sensibles à la différence entre croyance vraie et croyance vraie justifiée, ou emploient le mot "savoir" en un sens différent. Stich et ses associés font l'hypothèse que ces différentes dépendent de la culture et de l'arrière plan géographique et social.

   Ces études ont donné lieu à une vaste littérature de "philosophie expérimentale". Une des questions qu'elles posent est celle de savoir si les "données empiriques" ont bien été contrôlées, interprétées, etc. Il y a toute une discussion là dessus, voir par exemple "“No Cross-Cultural Differences in Gettier Car Case Intuition: A Replication Study of Weinberg et al. 2001,” by Minsun Kim & Yuan Yuan, et les articles réunis dans Stich and his Critics, et notamment les travaux de Jennifer Nagel ( ex. Nagel, J. (2012). “Intuitions and experiments”. Philosophy and Phenomenological Research, 85(3): 495-527.)
   
    Je ne sais pas s'il existe des "cross-cultural studies" au sujet des différences de sens de "savoir" entre les européens et les Africains, mais on peut se demander si ces différences sont si grandes. Sur le site d'Amnesty international USA, une jeune fille burkinabé déclare

“When I had sex and got pregnant for the first time, I didn’t know that I could get pregnant after having sex. I didn’t know anything about contraception. After my first child was born, I got pregnant again. I did not use any method of contraception because I still didn’t know what to do.”

    Je ne fais pas d'hypothèses, mais comme tout le monde, Africain ou non, je pense qu'elle utilise "savoir" au sens usuel, et que si on lui présentait des cas Gettier construits de manière à lui demander si elle croit vrai qu'elle est devenue enceinte après avoir eu des relations sexuelles et si elle croit vrai qu'il existe des moyens contraceptifs, et si cela lui semble différent d'avoir des croyances  vraies justifiées à ces sujets, je suis prêt à parier qu'elle y trouverait des différences. Je n'arrive pas à imaginer sur cet exemple que le mot "savoir" puisse avoir un sens distinct au Burkina Fasso et à Paris. Une jeune fille asiatique emploierait-elle "savoir" en un sens différent?  S'il y a un cas où il y a une différence entre croire vrai qu'on est enceinte et croire vrai de manière justifiée ( avec test ) , il semble bien que ce soit le domaine pertinent.